Lenin Moreno, un Vice-président qui laisse derrière lui de la joie, de l’optimisme et de la bonne humeur en Equateur

Quito, 22 mai (Andes).- « l’humour a un effet thérapeutique, il ne se contente pas d'alimenter l’âme, d’alimenter l'esprit, il alimente également le corps grâce à l'immunité qu'il génère. La joie et la bonne humeur, c’est la poésie qui surgit de l’âme, sans aucune haine » indique Lenin Moreno. Ce sont précisément ces valeurs qui sont le meilleur héritage laissé à l’Équateur par l’actuel Vice-président, sur le point de finir son mandat.

Pour cet homme serein à la voix pausée, c’est l’idée d’un « Equateur aimable, courtois, tolérant, hospitalier, affectueux, joyeux, travailleur et capable de produire deux ou trois fois plus » qui l’a poussé à révolutionner le travail de Vice-président, qui avait été relégué à l’arrière-plan pendant des décennies entières.

Lors de chaque conférence, lors de chaque discours, Moreno rompt avec le protocole établi pour se centrer sur les effets analgésiques, immunologiques et thérapeutiques d’adopter une attitude optimiste face à toutes les activités quotidiennes. C’est sans doute cette invitation permanente la joie qui permettra aux Equatoriens de ne pas faire sombrer dans l’oubli son passage à la Vice-présidence de l’Équateur.

Reconnaissance internationale

Grâce à des initiatives emblématiques, comme la Mission solidaire Manuela Espejo, le programme Joaquin Gallegos Lara, la proposition Sonríe Ecuador (Souris, Équateur !), le programme de dépistage néonatal, les cirques sociaux, ou encore « une Amérique sans frontières – pour la démocratie et pour la solidarité », le premier sommet continental en son genre réunissant des Vice-présidents, Moreno a su s’attacher la reconnaissance de la communauté internationale.

A l’heure actuelle, le programme solidaire Manuela Espejo est repris dans plusieurs pays voisins, il est même devenu une référence en Amérique latine. Sa solidarité et son engagement envers les droits des personnes handicapées lui ont valu la reconnaissance honoris causa de différentes universités. Il a également reçu la distinction « Fray Jodoco Ricke », remise parmi l’Eglise équatorienne, celle de l’ordre du soleil, grade de la grande croix, au Pérou, celle de l’Ordre Antonio José Irisarri, au Guatemala et l’Ordre du mérite à la démocratie, en Colombie.

Lenin Voltaire Moreno Garces est né le 19 mars 1953 à Nuevo Rocafuerte, dans la province d’Orellana. Il a grandi au sein d’une famille de classe moyenne, et il est le seul dirigeant d’État d’ Amérique à souffrir d’un handicap.

Il a perdu l’usage de ses jambes après avoir reçu un coup de feu à bout portant lors d’un un hold-up. C’est lors d’une longue et douloureuse récupération qu’il a décidé de « revivre ». Moreno est un motivateur professionnel, et grâce à ses conférences et à ses écrits, il porte un message de joie, de solidarité et d’amour.

Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages sur la le rire, la joie et la bonne humeur. Certains de ces titres sont “Filosofía para la vida y el trabajo” (philosophie pour la vie et de travail), “Teoría y práctica del humor” (théorie et pratique de l’humour), “Ser feliz es fácil y divertido” (être heureux, c’est facile c’est amusant), “Los mejores chistes del mundo” (les meilleurs blagues du monde), “Humor de los famosos” (l’humour des stars), “Trompabulario” (trompabulaire), “Ríase, no sea enfermo” (riez, ne soyez pas malade) ou encore “Cuentos no ecológicos” (contes pas très écologiques).

Dans un entretien accordé un magasine locale, le vice président a déclaré qu’à certains moments les coïncidences perdent leur caractère aléatoire pour faire sens. « C’est une coïncidence significative que le Vice-président de notre pays soit une personne handicapée. Quand on est en fauteuil roulant on ne peut pas avoir en bas, alors on voit en haut et on voit devant. Je suis quelqu’un de têtu : quand j’ai quelque chose qui me passent par la tête, je c’est tout pour l’obtenir » conclut-il.

Add new comment

Los comentarios publicados aquí son responsabilidad de quien los emite; la Agencia Andes implementa un mecanismo de auto regulación y puede decidir no publicar comentarios que lesionen los derechos consagrados en la Constitución y la Ley. (Ley de Comunicación, Art. 20).